Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mon Eglise à Baud Mon Eglise à Baud
menu

Camp à ST Jacques de Compostelle en VTT du 03 au 22 août 2017

saint jacques de Compostelle aumônerie vtt lyceens, lycée camp jeunes pontivy

Camp VTT Saint Jacques de Compostelle 2017

 

Vivre à fond. Surmonter les difficultés. Demeurer solidaires. Etre avide de nouveautés et de découvertes. S’ouvrir à la différence. Accepter de rencontrer et d’accueillir l’Autre, les autres.

Abandonner ces habitudes, ses certitudes, ses égoïsmes.

Se sentir vivant dans un monde qui a soif d’espérance.

C’est ce qui pourrait résumer l’expérience enrichissante vécue par les 20 lycéens et 4 étudiants qui ont participé au pèlerinage des jeunes sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle du 3 au 22 août.

Chacun, a, quitter  sa maison, sa zone de confort et de sécurité, ses petites habitudes, des visages connus, pour goûter à l’aventure, pour entrer dans l’inconnu.

Espagne - Col de Ronceveaux … 6h15 les yeux s’ouvrent après une nuit réparatrice. Petits déjeuners avalés, consignes rappelées, les jeunes enfourchent leurs VTT et se lancent en direction d’Obanos. Ils ne savent rien de ce qui les attend … Les surprises, les difficultés, les joies, les souffrances, vont se succéder pour faire de ce voyage vers l’inconnu une expérience inoubliable.

Les étapes se succèdent jour après jour. Obanos, Viana, Azofra, San Juan de Ortega, Rabe de la Calzadas, Castorjeriz, Carion de los Condes, Mansillas de las Mulas, La Virgen del Camino, Rabanal del Camino, Cacabelos, Fonfrias, Portomarin, Ribadiso. Ces noms ne vous évoque sans doute pas grand-chose mais, pour chacun de nous, ils évoquent des dizaines de visages rencontrés sur le chemin, des cols à franchir, des sourires et des encouragements lancés par des inconnus, des trous à éviter, des salles d’attentes dans les hôpitaux, des prêtres et religieuses qui nous accueillis avec simplicité comme si chacun de nous étions attendu. Le silence d’une petite église monastique à Rabanal, l’escorte policière toute sirène hurlante dans les rue de Burgos, le grincement des roues sur le gravillon, le chant des oiseaux, l’eau qui coule dans une fontaine, les notes mélodieuses d’une cithare dans l’église de Carion, les lits qui grincent, le personnel hospitalier de Pamplona, les chambres à air qui éclatent, le vent dans les arbres, la pluie qui tombe, le bruit des marmites, le silence des jeunes qui engloutissent leur repas … Dieu passe devant nous dans un petit village sous les traits d’un vieux monsieur qui console et bénis l’une d’entre nous qui vient de tomber, lui offre une petite croix de bois et  lui souhaite un « Buen Camino » tendre et affectueux.

Le pain rompu, les haricots qui mijotent, les saucisses en bocal, les melons découpés, les pastèques qui rafraichissent, le fromage de Fonfrias, les nouilles qui collent au fond de la marmite, le poisson qui disparait plus vite qu’il n’a cuit, le riz au lait, la confiture orange ou rouge, le beurre demi-sel, les escalopes de poulet, le jambon rose … les repas partagés offre à chacun l’occasion de se sustenter et de goûter également à la convivialité et l’amitié.

Les chemins creux, les cailloux qui se fracassent sur nos roues, les ronces où certains plongent sans s’avoir pourquoi, le soleil, la pluie à Portomarin, les pèlerins sur le chemin, des arbres millénaires, des fermes fortifiées, des champs à perte de vue, des cathédrales qui nous ouvrent leurs portes, de minuscules chapelles où notre aumônier Francis est invité à bénir ces hommes et femmes au service des pèlerins, ces sourires, ces deux ânes qui braient  toute la nuit à Azofras, les vignes traversées, ces cols montagneux, un berger et ses moutons … Dieu se donne à voir dans les choses simples de la vie.

Et puis le chemin s’achève. La cathédrale se dévoile. L’Apôtre Saint Jacques nous accueille enfin. Quelques minutes de prière devant son tombeau. Chacun est venu jusqu’ici avec dans le cœur, des visages aimés et aimants qui, à leur manière, nous ont accompagné dans ce lieu saint chargé d’histoire, d’espérances et de joie. Les jeunes s’arrêtent, et déposent devant ce reliquaire, leur vie et celle de leurs proches.

Les cloches sonnent, les grandes orgues s’époumonent, les fidèles se tassent dans la nef, un évêque et quelques prêtres processionnent, la messe en espagnol est célébrée. Les jeunes vivent là,  les derniers instants d’une aventure inoubliable avant de reprendre un autre chemin, celui de leur vie, avec dans le cœur la présence de Celui qui les a, discrètement accompagné tout au long du chemin. Celui qui leur a ouvert le sens des Ecritures et qui a partagé sa vie avec chacun d’eux. Ils repartent avec plein d’étoile dans les yeux, avec une étoile particulière : celle de Saint Jacques de Compostelle.

 Album photo

Actions sur le document
  • Imprimer