Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Mon Eglise à Baud Mon Eglise à Baud
menu
Edito
Paroisses, communes, nations, l’union donne le courage et la force pour faire face aux défis

Nos sociétés, nos collectivités, nos communautés modernes vivent des attentes contradictoires :

Chacun désire être pris en compte au mieux du possible, près de chez lui et bénéficier du meilleur de ce que peut assurer une société moderne. Le contraire est vécu comme une atteinte aux droits de la personne.

En même temps, il a du mal à accepter choix et contraintes collectives qui en sont le chemin.

Or, répondre avec qualité aux attentes du monde d’aujourd’hui dépasse les capacités individuelles, voire des petites collectivités et suppose de se mettre ensemble :

 

Se mettre ensemble dans les collectivités de communes pour construire une piscine, réaliser un service de tri…

Se mettre en réseau scolaire et éducatif, regrouper des écoles pour une meilleure cohérence et un suivi des élèves, pour disposer des moyens d’aujourd’hui.

Se mettre ensemble et se doter de directives et de moyens communs en Europe

Avoir le courage de choix clairs et respectueux des hommes, quand au niveau de notre planète terre,  il s’agit d’affronter les défis climatiques, les risques de santé liés aux matières dangereuses, les horreurs qu’engendrent guerres et migrations.

Mettre en place des ensembles paroissiaux, pour répondre à la fois au attentes de proximité et de qualité. Mais à quel niveau le faire ? Des diocèses voisins gèrent des ensembles paroissiaux couvrant plusieurs cantons. Quelle communauté demeure alors possible ?

 

La difficulté est bien là : tous veulent bénéficier de ce que le monde d’aujourd’hui a de meilleur à leur offrir, mais ils refusent ou ne font pas confiance aux accords et moyens collectifs à mettre en œuvre pour y arriver.

Le monde où nous sommes, trop souvent préfère le chacun pour soi au bien commun, préfère le soupçon à la confiance, préfère le rapport de force à la collaboration, préfère les solutions administratives aux relations humaines.

 

C’était déjà le constat de Jésus il y a 2000 ans. Les hommes ne manquent pas de moyens, ils manquent de choix et de foi. Se contenter de donner aux hommes des buts terrestres risque de les vouer à la cupidité et la violence. S’abandonner à la confiance qui les mènera au-delà d’eux-mêmes demeure une chance crédible.

Jean-Yves Le Guével

 

Par admin at 28/04/2014 09:30 |
 
Actions sur le document
  • Imprimer